FaceQ1533924355644

Après un long moment sans écrire ici, un déménagement et un nouveau séjour au Japon de planifié (en touriste cette fois-ci et donc beaucoup plus court :p ), voici enfin une note qui attend depuis plusieurs mois d’être publiée !

_______________________________________________

S’il y a bien une expérience qu’il faut tenter au Japon, ce sont les bains 😉

Les bains existent au Japon depuis des siècles et même s’ils sont de moins en moins nombreux, ils font partie intégrante de la culture japonaise.
Avant tout, les bains sont un lieu de sociabilisation, un lieu où tout le monde vient se relaxer et respecte des codes bien précis dont le premier met tout le monde sur un pied d’égalité : tous à POIL !
Mais avant de vous en dire plus sur ces codes de conduite ou de vous présenter quelques lieux, voyons la différence entre sentô et onsen.

Un rideau 暖簾 (noren) marquant l'entrée côté hommes 男 (otoko) et femmes 女 (onna)

Un rideau 暖簾 (noren) marquant l’entrée côté hommes 男 (otoko) et femmes 女 (onna)

Sentô et onsen : définitions et différences.

銭湯 sentô : c’est un bain public payant, l’eau est chauffée artificiellement. (En général, coûte ¥450)
Avant d’habiter des immeubles dont les appartements sont munis de baignoire, les Japonais habitaient principalement dans des maisons comportant une pièce principale, une cuisine et des toilettes. Le bain se faisait donc dans les sentô avec le reste de la famille et le voisinage.
Niveau configuration, il s’agit en général d’une grande salle carrelée avec un mur séparant les hommes des femmes,  des allées de robinets avec un  pommeau de douche fixe au dessus d’un miroir et un ou des robinets vers le sol. Sur les côtés se trouvent les bains avec, selon le sentô, des bains chauds (42° en général) et dans certains établissements des bains avec jets et remous, des bains électriques (de petites décharges parcourent le bain), des bains froids etc (on les appelle alors super sentô)

Sentô carrelé avec mur à l'effigie du Mont Fuji

Sentô carrelé avec mur à l’effigie du Mont Fuji

温泉 onsen : il s’agit de bains thermaux payants, l’eau est chauffée naturellement (par l’activité volcanique de l’île). (Prix souvent plus cher que les sentô mais varie énormément selon les prestations)
Utilisés dès le VIIè siècle, il s’agit de nos jours d’établissements plus luxueux que les sentô précédemment cités. L’eau est riche en minéraux (le type de minéraux dépend de l’endroit où est situé le onsen) et vous pouvez également trouver des bains situés en extérieur qui sont alors appelés 露天風呂 rotenburo.
Ils peuvent être situés en pleine nature ou reliés à une auberge traditionelle ( 旅館 ryôkan), mixtes ou séparés, publics ou privés.
Parmi les plus connus se trouvent les huit « enfers » de Beppu dans lesquels on ne peut se baigner (des bains turquoise et rouge dans lesquels l’eau atteint la température de 98° !).

Les bains de Beppu, version orange

Les bains de Beppu, version orange

 

Vous l’aurez donc compris : la plus grande différence réside dans la provenance de l’eau, sa composition et aussi le degré de luxe de l’établissement.
Mais certains sentô utilisent également de l’eau thermale, on les appelle alors les sentô onsen ou onsen publics.
La règle générale veut également que les sentô acceptent les personnes avec tatouage alors que les onsen (en dehors de ceux reliés aux hôtels ou privatifs) eux, ne les acceptent pas. Du coup, la frontière est parfois assez mince entre les deux types d’établissements et j’ai connu des onsen d’hôtels qui mixaient l’eau de leur source avec de l’eau du robinet tandis que le sentô dans lequel je vais souvent contient une eau thermale.
Mieux vaut faire vos recherches pour être sûr.

Onsen rattaché à un hôtel : Khaosan à Atami

Onsen rattaché à un hôtel : Khaosan à Atami

Concernant les tatouages, beaucoup de personnes diront que tant qu’on ne leur dit rien, mieux vaut tenter.
Personnellement, je ne suis pas du tout partisane de cette technique et, bien qu’étant souvent outrée et énervée par l’image du tatouage au Japon (cf SAVE TATOOING qui essaie de sauver le tatouage et les artistes tatoueurs au Japon), je pense qu’il est important de respecter cette interdiction et de se renseigner au préalable pour savoir si les tatouages sont acceptés ou non : ce n’est pas en agissant ainsi qu’on aidera le tatouage ou l’image des étrangers (qui n’est déjà pas reluisante) !

Ça me tente ! Mais comment ça se passe ?

Je vais donc vous décrire précisément comment cela se passe dans mon sentô.
Une fois l’entrée franchie, je dépose mes chaussures dans un casier et achète mon ticket aux machines situées à côté (parfois, vous achetez directement au guichet). Vous pouvez également prendre une entrée au sauna si l’établissement en comporte un, louer des serviettes, acheter un rasoir ou d’autres accessoires. Vous pouvez en effet vous raser, vous brosser les dents (l’important étant de laisser l’endroit propre une fois que vous avez tout fini).

IMG_09102017_195114

Une fois arrivée dans les vestiaires femmes, je me déshabille entièrement et mets mes affaires dans un autre casier dont je conserve la clé autour de mon poignet. J’emporte avec moi une serviette de bain et des produits de nettoyage ne souhaitant pas utiliser ceux du sentô (mais en général vous avez à disposition un gel douche, un shampooing et parfois un après-shampooing).

Vient ensuite le temps du décrassage complet : il faut en effet se laver avant de se baigner (même si parfois, certains Japonais m’ont affirmé l’inverse : cela dépend apparemment des régions ! ^^ » Je garde donc la règle générale…)
Pour le nettoyage, rien de plus simple : on s’assoit sur un tabouret (pas de douche debout) et on se sert du pommeau de douche en hauteur ou d’une bassine qu’on remplit afin de se rincer.
Et après vous être bien rincé(e), arrive l’heure du bain :p
Ne laissez pas vos cheveux toucher l’eau, rincez bien le savon avant de rentrer dans le bain et ne mettez pas dans l’eau l’éventuelle serviette dont vous vous serez servi pour vous laver (les Japonais en ont généralement une qu’ils posent ensuite sur leur front lors du bain).
Essayez de rentrer dans l’eau petit à petit pour éviter le malaise vagal et sortez vous rafraîchir lorsque vous commencez à sentir la transpiration sur votre visage 😉

Onsen familial, intimiste et absolument génial de la ville d'Isumi, préfecture de Chiba, près de Tôkyô

Onsen familial, intimiste et absolument génial de la ville d’Isumi, préfecture de Chiba, près de Tôkyô (photo embuée)

 

 

Ma bonne adresse :

  • Le number one pour moi :  蛇骨湯 Jakotsuyu (dont la fondation remonterait à l’époque Edo (1603-1868), l’eau est à 45° et c’est un sentô-onsen (eau thermale) qui accepte les personnes tatouées 😉
    C’est celui dans lequel je suis le plus allée, situé à quelques minutes de chez moi (Asakusa, Tôkyô).